Master Histoire, Civilisations, Patrimoine Parcours Médiations de l’Histoire et Politiques Patrimoniales

Ce Master, qui propose actuellement deux parcours professionnalisants, Parcours Gestion Contemporaine des Archives et Parcours Muséologie, s’enrichira, à partir de septembre 2018, d’un troisième parcours transpériode et transdisciplinaire, à savoir Parcours Médiations de l’Histoire et Politiques Patrimoniales (MHisPoP), pour s’affirmer sur le site Alsace comme une véritable formation en recherche appliquée, historique et patrimoniale.Les parcours d’Archivistique et de Muséologie (ce dernier permet également d’obtenir le diplôme de Guide Conférencier) attirent chaque année des étudiants provenant de toute la France et préparent aux concours administratifs du domaine.

 

La médiation de l’histoire concerne des domaines de plus en plus variées, liés à la promotion et à la diffusion d’un savoir à caractère historique ou mémoriel à destination de publics ciblés, notamment dans le cadre d’institutions ou d’entreprises publiques, privées ou d’associations.

En s’appuyant sur les compétences fondamentales et transversales acquises grâce au tronc commun ainsi que sur des connaissances ou compétences spécifiques, mutualisées avec les autres parcours du Master (Histoire des Institutions par exemple), le nouveau parcours « Médiations de l’Histoire et Politiques Patrimoniales » s’offre de réaffirmer le lien entre histoire, patrimoine, territoire et politiques publiques.

Grâce à la compréhension fine des enjeux de constitution et de gestion du patrimoine, les diplômés peuvent prétendre infléchir positivement dans la compréhension historique et spatiale des territoires dans le sens d’une valorisation durable de la mémoire collective. Il s’agit ainsi d’une formation à la fois pratique et théorique qui permettra la transmission des savoirs liés aux divers types de patrimoine, écrit, matériel et immatériel.

 

Ce parcours offre des compétences nécessaires aussi bien à la rédaction des contenus de diffusion et de médiation des enjeux historiques et mémoriels qu’à la mise en œuvre des processus de patrimonialisation.

Le parcours forme de ce fait des professionnels polyvalents, capables d’assurer un niveau d’expertise et de mise en œuvre de projets patrimoniaux conformes aux attentes à la fois de collectivités territoriales et de sociétés privées ou d’associations.

Ses diplômés disposent de solides compétences disciplinaires :

  • historiques,
  • juridiques,
  • institutionnelles,
  • méthodologiques (pilotage de projet, analyse et réflexion critique).

À cela, s’ajoutent trois socles de compétences, adaptées aux attentes scientifiques et techniques des professionnels  :

  • contextualisation spatiale et temporelle des patrimoines (médiatisation du discours historique et géographique, rédaction des contenus éducatifs et pédagogiques).
  • politiques patrimoniales (systèmes d’alerte et reconstitution du discours historique, analyse des patrimoines en danger, sensibilisation aux patrimoines d’entreprise ou industriels, identification de risques).
  • cartographie et infographie (production des outils de communication adaptés).

Organisation

Le master s’organise autour d’un tronc commun permettant une véritable polyvalence des compétences.

Prédominant au premier semestre, il s’efface ensuite progressivement au profit des enseignements spécifiques.

Pour ce parcours, la première année est consacrée à :

  • l’identification des divers types de patrimoine (écrit, matériel et immatériel),
  • et la maîtrise des outils techniques de médiation culturelle (cartographie et infographie).

la deuxième année est consacrée à :

  • l’élaboration des politiques patrimoniales, de valorisation ou de conservation.

L’enseignement est assuré à la fois par des enseignants-chercheurs et des professionnels de la médiation culturelle ou des responsables des politiques patrimoniales de la région. Les cours se prolongent par des projets tuteurés et des travaux pratiques.

La formation est enfin complétée par deux stages ou par l’initiation à la recherche :

  • en première année (stage de 2 à 3 mois) : l’étudiant découvre sur le terrain le métier des médiations de l’histoire et met en pratique les enseignements théoriques reçus au cours de l’année. Il a la possibilité d’effectuer une initiation à la recherche dans l’un des deux laboratoires présents au Département Histoire à Mulhouse (Cresat ou Archimède), comme la contribution à des projets de recherche et notamment aux GIS « Pôle Documentaire de la Fonderie » et « Humanités », ou dans les réseaux de recherche transfrontaliers (EUCOR, NovaTris, Collegium Beatus Rhenanus). Pour l’année 2018-2019, les étudiants de M1 pourront participer à un projet d’étude avec un voyage d’instruction en Italie (Rome, Naples, Pompéi-Herculanum, Paestum) où la notion de patrimoine sera confrontée aux vestiges antiques et à l’usage politique, ancien et moderne, des monuments.
  • en deuxième année (stage de 4 à 6 mois) : l’étudiant mobilise ses capacités de réflexion sur des problématiques professionnelles plus poussées pour le préparer à la future insertion dans le monde du travail ou bien il fait des recherches propres dans un des domaines de l’histoire et/ou du patrimoine.

Débouchés

Le parcours ouvre plusieurs débouchés possibles :

Une voie professionnalisante pour les étudiants en Sciences Humaines et Sociales, avec une insertion professionnelle immédiate ou, par la possibilité d’une initiation à la recherche, il permet la poursuite des études en doctorat.

Les diplômés peuvent prétendre aux emplois suivants :

  • cadre d’établissements culturels publics,
  • responsables culturels d’entreprises privées ou d’associations,
  • chargé de mission pour les collectivités territoriales,
  • institutions publiques ou associations (paysage, patrimoine),
  • chargé d’étude des observatoires des territoires et des paysages,
  • gestionnaire du patrimoine d’entreprises publiques ou privées,
  • acteur ou responsable de culture scientifique et technique,
  • recherche en sciences de l’homme et de la société.

Par ailleurs, dans le cadre d’un projet scientifique et professionnel cohérent, les étudiants peuvent poursuivre en doctorat.

Candidatures

Cette formation est proposée en formation initiale.

Date de campagne : du 23 avril  au 2 juin 2018.

Les modalités de recrutement sont les suivantes :

Master 1 : La capacité d’accueil est de 25 étudiants.

Recrutement : sur dossier (admission) + entretien (admissibilité).

Licence conseillée : Licence Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, Lettres, Humanités, Sciences sociales, Information et Communication.

Pièces à fournir :

  • CV,
  • lettre de motivation,
  • description détaillée du cursus suivi,
  • relevés de notes BAC et licence,
  • certifications éventuelles;

Jury d’admission : équipe pédagogique du Master.

Critères :

  • résultats et motivation,
  • niveau de langue à l’oral et à l’écrit,
  • adéquation du projet professionnel avec le Master.

Les candidats admis devront prendre une inscription dans la formation avant le 21 juillet 2018. A défaut, le silence des candidats admis vaudra renonciation à leur candidature.

Entrée directe en M2 : Sur dossier de validation des acquis.

La formation est ouverte à la validation des acquis et de l’expérience. Après examen du dossier de candidatures, les étudiants sont convoqués à un entretien.

Responsable du Master :

Maria-Térésa Schettino
Tél. : +33 (0)3 89 56 82 68

Responsable du Parcours :

Airton Pollini
Tél. : +33 (0)3 89 56 82 65

Assistante administrative :

Camille ZIEGLER

Tél. : +33 (0)3 89 56 82 26

Documents à télécharger :